05 Jul 2017

Antoinette Fouque – « La violence contre les femmes règne partout : banale, structurelle et mondiale ». | Le Club de Mediapart

Médias visuels
Antoinette Fouque – « La violence contre les femmes règne partout : banale, structurelle et mondiale ».  | Le Club de Mediapart

Antoinette Fouque, Roland Barthes et Monique Wittig

Avec son directeur de thèse Roland Barthes, Antoinette Fouque (http://blogs.mediapart.fr/blog/lobservatoire-de-la-misogynie/290615/antoinette-fouque-la-violence-contre-les-femmes-regne-partout-banale-structurelle) décroche un DEA. C’est pendant cette période qu’elle côtoie la romancière Monique Wittig. Elle travaille avec plusieurs maisons d'édition en plus de sa profession d’enseignante. La future militante suit les formations du psychanalyste Jacques Lacan à la fin des années 60. Après des études universitaires en Lettres, Antoinette Fouque a été enseignante.

Editrice et libraire

Les livres dont les auteurs sont des femmes sont présentés dans sa première boutique dans le sixième arrondissement de Paris. En côtoyant les milieux littéraires,, Antoinette Fouque s'aperçoit combien les femmes occupent peu de place dans le secteur du livre. Avec Les Editions des femmes, elle valorise la création féminine. Espaces d’échanges où les revues et livres demeurent à la disposition des visiteurs, les boutiques de livres lancées par Antoinette Fouque ouvrent leurs portes jusqu'à minuit.

Antoinette Fouque, de Marseille à Paris

Antoinette Fouque a vu le jour dans la cité phocéenne. En 1964, elle est maman. Elle ressent à ce moment les complications que doit affronter une femme lorsqu’elle assume ses statuts de mère et d’épouse alors qu'elle exerce un métier. Son père était un militant communiste. De son enfance passée dans un quartier prolétaire, Antoinette Fouque conservera toujours un fort ancrage à gauche.

Lors d'une manifestation du Mouvement de libération des femmes à Paris, Antoinette Fouque clame : « Il y a plus inconnu que le soldat inconnu : sa femme ! ». A l'ONU et dans le monde entier, la militante porte la parole de la cause des femmes. Elle s’engage avec Aung San Suu Kyi face à la dictature militaire au Myanmar. Antoinette Fouque crée le Collège de Féminologie et le Club Parité 2000.

Au début de la décennie 80, Antoinette Fouque quitte le MLF lorsqu'elle s'envole pour les Etats-Unis. Le MLF est à cette période victime de luttes internes et perd de l’influence. Le Mouvement de libération des femmes a vu son nom déposé dans l'optique de prévenir toute récupération. Antoinette Fouque s’est battue tout au long de son existence pour que le droit des femmes évolue. Cette théoricienne du féminisme fait partie des militantes qui ont créé le MLF.

Antoinette Fouque, écrivaine et théoricienne

Antoinette Fouque trouve le mot "féminologie", dès lors qu'elle exécre les mots en "-isme" qui renvoient à une doctrine. En 2013, elle est à l'initiative de l'ouvrage "Le dictionnaire universelle des créatrices", lequel met en lumière quarante siècles de création des femmes sur toute la planète. La lutte de cette féministe n'a rien à voir avec un activisme féminin excessif, elle défend la place de mère. Antoinette Fouque ne se reconnait pas dans l'existentialisme défendu par Simone de Beauvoir.